Takeda annonce les résultats d'un essai clinique de Phase 3 évaluant NINLARO™ (ixazomib) pour le myélome multiple récemment diagnostiqué

CAMBRIDGE, Massachusetts & OSAKA, Japon–()–Takeda Pharmaceutical Company Limited (TSE:4502/NYSE:TAK) (“Takeda”) annonce aujourd’hui les résultats de l’essai TOURMALINE-MM2 de Phase 3 évaluant l’ajout de NINLARO™ (ixazomib) au lénalidomide et à la dexaméthasone par rapport au lénalidomide et à la dexaméthasone plus placebo pour les patients atteints d’un myélome multiple récemment diagnostiqué non admissibles à une greffe autologue des cellules souches. Ces données seront présentées lors du congrès scientifique virtuel de la Society of Hematologic Oncology (SOHO), le mercredi 9 septembre 2020 à 18h15 CT.

L’étude a révélé que l’ajout de NINLARO au lénalidomide et à la dexaméthasone augmentait de 13,5 mois la survie sans progression (SSP) médiane (35,3 mois pour le groupe NINLARO, contre 21,8 mois pour le groupe placebo; rapport de risque [RR] 0,830; p=0,073). L’essai n’a pas atteint le seuil de pertinence statistique, ni le critère principal de SSP.

“Il existe un besoin spécifique au myélome multiple récemment diagnostiqué, étant donné qu’aucune option thérapeutique basée sur un inhibiteur du protéasome par voie exclusivement orale n’est actuellement disponible”, déclare Thierry Facon, DM, Hôpital Universitaire de Lille, chercheur et auteur principal de l’essai TOURMALINE-MM2. “Dans leur ensemble, les résultats de l’essai TOURMALINE-MM2 sont considérables pour cette population de patients, ainsi que pour de nombreux sous-groupes, notamment les patients à risque cytogénétique élevé. Nous espérons que ces données aideront à éclairer la recherche future et seront source de progrès pour la communauté du myélome multiple.”

Les autres critères comprennent le taux de réponse complète (RC), la survie globale (SG) et durée médiane avant progression (DMAP). Durant l’essai, le profil d’innocuité associé au NINLARO étant généralement cohérent avec les informations posologiques actuelles.

“Nous espérons que les résultats de l’essai TOURMALINE-MM2 encourageront un dialogue constructif et contribueront aux futures efforts de recherche, en particulier pour les patients qui pourraient bénéficier d’une association basée sur un inhibiteur du protéasome exclusivement par voie orale, qui aide à préserver la qualité de vie”, déclare Christopher Arendt, chef de l’unité de thérapies oncologique, Takeda. “En tant qu’entreprise, nous renouvelons notre engagement en faveur de la communauté du myélome multiple et nous nous réjouissons à l’idée de partager les données complètes de nos études d’entretien en cours de Phase 3 sur le myélome multiple à l’avenir.”

Les résultats essentiels qui seront présentés par Shaji Kumar, chercheur principal, DM, Mayo Clinic, de l’essai TOURMALINE-MM2, sont les suivants:

  • La SSP médiane dans le groupe NINLARO était de 35,3 mois, contre 21,8 mois dans le groupe placebo (RR 0,830; p=0,073).

    • Dans le sous-groupe pré-spécifié élargi à risque cytogénétique élevé, la SSP médiane était de 23,8 mois dans le groupe NINLARO, contre 18,0 mois dans le groupe placebo (RR 0,690).
  • Le taux de RC, un critère secondaire clé de l’essai, était de 26% dans le groupe NINLARO, contre 14% dans le groupe placebo.
  • Après un suivi médian de 57,8 mois dans le groupe NINLARO, comparé à 58,6 mois dans le groupe placebo pour la SG, la SG médiane n’a été atteinte dans aucun des deux groupes (RR 0,998).
  • La DMAP était plus longue avec l’association au NINLARO comparé au placebo, à 45,8 mois dans le groupe NINLARO, contre 26,8 mois dans le groupe placebo (RR 0,738).
  • Données d’innocuité:

    • Des événements indésirables apparus durant le traitement ont été signalés chez 96,6% des patients recevant NINLARO plus lénalidomide et dexaméthasone, contre 92,6% des patients recevant le placebo plus lénalidomide et dexaméthasone.
    • Les événements indésirables les plus communs apparus durant le traitement et ayant une importance clinique pour le groupe NINLARO étaient la diarrhée, les éruptions cutanées, les œdèmes périphériques, la constipation et la nausée.
    • Des événements indésirables de grade ≥3 apparus durant le traitement ont été signalés chez 88,1% des patients du groupe NINLARO et 81,4% du groupe placebo.
    • La majorité des événements indésirables apparus durant le traitement ont été gérés sans abandon du traitement. Certains événements indésirables apparus durant le traitement ont nécessité un abandon du traitement (35% dans le groupe NINLARO et 26,9% dans le groupe placebo).
    • Le taux de décès durant l’étude était de 7,6% dans le groupe NINLARO et de 6,3% dans le groupe placebo.

“Les informations recueillies grâce à des études comme TOURMALINE-MM2 sont importantes, en particulier pour les patients qui pourraient bénéficier de la commodité d’options thérapeutiques pouvant être prises à domicile”, déclare Paul Giusti, PDG de la Multiple Myeloma Research Foundation (MMRF). “Ces données cruciales permettent à la communauté d’évaluer de manière exhaustive les différentes associations thérapeutiques disponibles pour les patients et les médecins.”

NINLARO est actuellement approuvé en association avec le lénalidomide et la dexaméthasone pour le traitement des patients atteints d’un myélome multiple ayant déjà reçu au moins un traitement, dans plus de 65 pays. NINLARO n’est pas approuvé comme traitement pour le myélome multiple récemment diagnostiqué.

À propos de l’essai TOURMALINE-MM2

TOURMALINE-MM2 est un essai clinique de Phase 3 international, randomisé, à double insu, multicentrique et contrôlé par placebo, conçu pour évaluer le NINLARO (ixazomib) plus lénalidomide et dexaméthasone, en comparaison à un placebo plus lénalidomide et dexaméthasone, chez 705 patients adultes atteints d’un myélome multiple récemment diagnostiqué, qui ne sont pas admissibles pour une greffe. Le critère principal est la survie sans progression (SSP). Les critères secondaires clés sont le taux de réponse complète (RC), la réaction à la douleur et la survie globale (SG). Pour de plus amples renseignements: https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT01850524

À propos du myélome multiple

Le myélome multiple est un cancer rare des cellules plasmatiques de la moelle osseuse, qui met en péril la vie du patient qui en est atteint. Dans le myélome multiple, ces cellules plasmatiques deviennent anormales, se multiplient et libèrent un type d’anticorps connu sous le nom de paraprotéine, qui entraîne les symptômes de la maladie, dont des douleurs osseuses, des infections fréquentes ou récurrentes ainsi que la fatigue, un symptôme de l’anémie. Ces cellules plasmatiques malignes ont le potentiel d’affecter de nombreux os du corps, pouvant conduire à plusieurs problèmes de santé graves touchant les os, le système immunitaire, les reins et le nombre de globules rouges. Le myélome multiple comprend généralement des périodes de myélome symptomatique suivies de périodes de rémission. Près de 230 000 personnes à travers le monde vivent avec le myélome multiple, qui est responsable chaque année d’environ 114 000 nouveaux cas à travers le monde.

À propos de NINLARO™ (ixazomib)

NINLARO™ (ixazomib) est un inhibiteur oral du protéasome étudié dans le continuum des milieux de traitement du myélome multiple. NINLARO a été approuvé par l’Agence américaine de produits alimentaires et médicamenteux (FDA) en novembre 2015 et est indiqué en combinaison avec la lénalidomide et la dexaméthasone pour le traitement des patients atteints de myélome multiple qui ont reçu au moins un traitement antérieur. NINLARO est actuellement approuvé dans plus de 65 pays, dont les États-Unis, le Japon, et dans l’Union européenne, avec neuf soumissions réglementaires actuellement en cours d’examen. Il a été le premier inhibiteur oral du protéasome à avoir fait l’objet d’essais cliniques de Phase 3 et à être approuvé. Au Japon, NINLARO est approuvé en tant que traitement d’entretien pour les patients atteints d’un myélome multiple ayant reçu une greffe autologue des cellules souches et a été enregistré comme traitement d’entretien pour les patients non admissibles à une greffe des cellules souches.

NINLARO™ (ixazomib): INFORMATIONS GÉNÉRALES IMPORTANTES RELATIVES À L’INNOCUITÉ

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS PARTICULIÈRES

Des cas de thrombocytopénie ont été signalés avec NINLARO (28 % contre 14 % dans les traitements sous NINLARO et sous placebo, respectivement), le nadir plaquettaire se produisant généralement entre les 14e et 21e jours de chaque cycle de 28 jours, avec un retour à la valeur de départ en début de cycle suivant. Ceci n’a pas entraîné d’augmentation des événements hémorragiques ou des transfusions de plaquettes. Surveiller la numération plaquettaire au moins une fois par mois pendant le traitement par NINLARO et envisager une surveillance plus fréquente au cours des trois premiers cycles. Prendre en charge en modifiant la dose et en effectuant les transfusions de plaquettes nécessaires, selon les directives médicales habituelles.

Des cas de toxicités gastro-intestinales ont été signalés dans les traitements par NINLARO et sous placebo, respectivement, tels que des diarrhées (42 % contre 36 %), des constipations (34 % contre 25 %), des nausées (26 % contre 21 %) et des vomissements (22 % contre 11 %), nécessitant parfois l’utilisation de médicaments antiémétiques et anti-diarrhéiques ainsi que des soins de soutien.

Des cas de neuropathie périphérique ont été signalés avec NINLARO (28 % contre 21 % dans les traitements par NINLARO et sous placebo, respectivement). La réaction la plus fréquemment signalée était la neuropathie sensorielle périphérique (19 % et 14 % dans les traitements par NINLARO et sous placebo, respectivement). Aucune neuropathie motrice périphérique n’a été fréquemment signalée dans les deux traitements (< 1 %). Surveiller les patients pour détecter les symptômes de neuropathie périphérique et adapter la posologie si nécessaire.

Des cas d’œdème périphérique ont été signalés avec NINLARO (25 % contre 18 % dans les traitements par NINLARO et sous placebo, respectivement). Évaluer les patients pour détecter d’éventuelles causes sous-jacentes et apporter des soins de soutien, si nécessaire. Adapter la dose de dexaméthasone selon les informations posologiques ou la dose de NINLARO pour les symptômes graves.

Des cas de réactions cutanées sont survenus chez 19 % des patients traités par NINLARO, contre 11 % des patients sous placebo. Le type d’éruption cutanée le plus fréquemment signalé dans les deux traitements était l’éruption maculopapulaire et maculaire. Prendre en charge les éruptions cutanées en apportant des soins de soutien, en modifiant la dose ou en arrêtant le traitement.

Des cas de microangiopathie thrombotique, parfois fatale, notamment de purpura thrombotique thrombocytopénique/syndrome hémolytique et urémique (PTT/SHU), ont été signalés chez des patients ayant été traités par NINLARO. Surveiller les signes et symptômes de PTT/SHU et arrêter la prise de NINLARO si le diagnostic est suspecté. Si tout diagnostic de PTT/SHU est exclu, envisager de redémarrer la prise de NINLARO. L’innocuité de la relance du traitement par NINLARO chez les patients ayant déjà souffert de PTT/SHU n’est pas établie.

Des cas d’hépatotoxicité, de lésion hépatique d’origine médicamenteuse, de lésion hépatocellulaire, de stéatose hépatique et d’hépatite cholestatique ont été signalés de manière rare sous traitement par NINLARO. Surveiller régulièrement les enzymes hépatiques et adapter la dose pour les symptômes de niveau de gravité 3 ou 4.

Grossesse : NINLARO peut nuire au fœtus. Conseiller aux patients masculins et féminins ayant un potentiel de reproduction d’utiliser des moyens de contraception pendant le traitement et pendant les 90 jours suivant la dernière dose de NINLARO. Les femmes en âge de procréer doivent éviter une grossesse pendant la prise de NINLARO en raison du danger que pourrait présenter son utilisation pour le fœtus. Les femmes utilisant des contraceptifs hormonaux doivent utiliser un moyen de contraception obstructif supplémentaire.

Allaitement : l’excrétion de NINLARO ou de ses métabolites dans le lait maternel n’a pas été établie. Il pourrait y avoir des effets indésirables chez les nourrissons allaités et l’allaitement doit donc être interrompu.

POPULATIONS DE PATIENTS PARTICULIÈRES

Insuffisance hépatique : réduire la dose initiale de NINLARO à 3 mg chez les patients atteints d’insuffisance hépatique modérée ou sévère.

Insuffisance rénale : réduire la dose initiale de NINLARO à 3 mg chez les patients atteints d’insuffisance rénale sévère ou terminale (IRT) nécessitant une dialyse. NINLARO n’est pas dialysable et peut donc être administré sans tenir compte du moment de la dialyse.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

La co-administration d’inducteurs puissants du CYP3A avec NINLARO n’est pas conseillée.

EFFETS INDÉSIRABLES

Les effets indésirables les plus fréquemment signalés (≥ 20 %) dans le traitement par NINLARO, observés plus souvent que dans le traitement sous placebo, étaient la diarrhée (42 % contre 36 %), la constipation (34 % contre 25 %), la thrombocytopénie (28 % contre 14 %), la neuropathie périphérique (28 % contre 21 %), la nausée (26 % contre 21 %), l’œdèmes périphérique (25 % contre 18 %), le vomissement (22 % contre 11 %) et les maux de dos (21 % contre 16 %). Les effets indésirables graves signalés chez ≥ 2 % des patients étaient notamment la thrombocytopénie (2 %) et la diarrhée (2 %). Pour chaque effet indésirable, un ou plusieurs des trois médicaments ont été interrompus chez ≤ 1 % des patients traités par NINLARO.

Résumé des caractéristiques du produits pour l’Union européenne: http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/EPAR_-_Product_Information/human/003844/WC500217620.pdf

Informations posologiques pour les États-Unis: https://www.ninlarohcp.com/pdf/prescribing-information.pdf

Monographie du produit pour le Canada: http://www.takedacanada.com/ninlaropm

Engagement de Takeda envers l’oncologie

Notre principale mission de R&D est de fournir des médicaments innovants aux patients atteints de cancer dans le monde entier grâce à notre engagement en faveur de la science, de l’innovation de pointe et de notre passion pour améliorer la vie des patients. Qu’il s’agisse de nos thérapies en hématologie, de notre solide pipeline ou de nos médicaments contre les tumeurs solides, nous avons pour objectif de rester à la fois innovants et compétitifs pour apporter aux patients les traitements dont ils ont besoin. Pour plus d’informations, visitez le site www.takedaoncology.com.

À propos de Takeda Pharmaceutical Company Limited

Takeda Pharmaceutical Company Limited (TSE:4502/NYSE:TAK) est un leader biopharmaceutique mondial, axé sur la R&D et orienté vers les valeurs, basé au Japon, et dont la mission est d’offrir une santé et un avenir meilleurs aux patients, en convertissant la science en médicaments hautement innovants. Takeda focalise ses initiatives de R&D sur quatre domaines thérapeutiques : oncologie, maladies rares, neurosciences et gastroentérologie (GI). Nous réalisons également des investissements de R&D ciblés dans des vaccins et des thérapies dérivées du plasma. Nous nous concentrons sur le développement de médicaments très innovants qui contribuent à changer la donne dans la vie des personnes en repoussant les limites des nouvelles options thérapeutiques et en nous appuyant sur notre moteur de R&D collaboratif et nos capacités à créer un pipeline solide et aux modalités multiples. Les employés de Takeda s’engagent à améliorer la qualité de vie des patients et à collaborer avec des partenaires de soins de santé dans environ 80 pays.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter https://www.takeda.com.

Avis important

Aux fins du présent avis, le terme “communiqué de presse” désigne le présent document, toute présentation orale, toute séance de questions-réponses, et tout matériel écrit ou oral, discutés ou distribués par Takeda Pharmaceutical Company Limited (“Takeda”) et ayant trait au présent communiqué. Le présent communiqué (y compris tout compte-rendu oral et toute séance de questions et réponses en connexion avec ce dernier) n’est pas censé constituer, représenter ou faire partie et ne constitue pas, ne représente pas ni ne fait partie d’une quelconque offre, invitation ou sollicitation d’offre d’achat, d’acquisition, de souscription, d’échange, de vente ou de cession de valeurs mobilières ou la sollicitation d’un vote ou d’une approbation dans une juridiction quelconque. Aucune action ou autre valeur mobilière n’est offerte au public par le biais du présent communiqué. Aucune offre de valeurs mobilières ne sera faite aux États-Unis, sauf dans le cas d’un enregistrement en vertu de la loi U.S. Securities Act de 1933 et de ses amendements, ou d’une dispense de celle-ci. Le présent communiqué de presse (ainsi que les autres informations pouvant être fournies au destinataire) est fourni à condition d’être utilisé par le destinataire uniquement à des fins d’information (et non pour l’évaluation d’un investissement, d’une acquisition, d’une cession ou de toute autre transaction). Tout manquement à ces restrictions pourra constituer une violation des lois applicables sur les valeurs mobilières.

Les sociétés dans lesquelles Takeda possède, directement ou indirectement, des investissements constituent des entités distinctes. Dans le présent communiqué, à des fins pratiques, le nom “Takeda” est parfois utilisé pour faire référence à Takeda et à ses filiales en général. De même, les termes “nous”, “notre” et “nos” sont également utilisés comme référence aux filiales en général ou aux personnes travaillant pour celles-ci. Ces expressions sont également utilisées lorsqu’il n’est pas utile d’identifier la ou les société(s) concernée(s).

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse et tous les documents distribués en relation avec celui-ci sont susceptibles de contenir des énoncés prospectifs, des convictions ou avis concernant les activités, le positionnement et les résultats des opérations futurs de Takeda, dont des estimations, prévisions, objectifs et plans pour Takeda. Les énoncés prospectifs incluent souvent, mais sans s’y limiter, des termes tels que “cible, planifie, pense que, espère, continue, s’attend à, ambitionne, prévoit, s’assure que, anticipe, estime, projette”, l’emploi de verbes au futur ou au conditionnel, de mots ou termes de nature similaire ou leur formulation négative. Les énoncés prospectifs figurant dans ce document sont fondés sur des hypothèses relatives à de nombreux facteurs importants, qui pourraient provoquer des écarts substantiels entre les résultats réels et ceux exprimés ou suggérés dans les énoncés prospectifs, notamment: les circonstances économiques entourant l’activité économique de Takeda, dont la situation économique générale au Japon et aux États-Unis; les pressions et progressions de la concurrence; les changements des lois et réglementations en vigueur; la réussite ou l’échec des programmes de développement de produits; les décisions des autorités de réglementation et le calendrier de celles-ci; les fluctuations des taux d’intérêt et de change; les réclamations et préoccupations concernant l’innocuité ou l’efficacité des produits commercialisés ou des produits candidats; l’impact de crises sanitaires, comme celui de la pandémie de coronavirus, sur Takeda et ses clients et fournisseurs, y compris les gouvernements étrangers dans les pays dans lesquels Takeda évolue, ou sur tout autre aspect de son activité; le calendrier et l’impact des efforts d’intégration post-fusion pour les sociétés acquises; et la capacité à céder des actifs ne faisant pas partie des opérations essentielles de Takeda et le calendrier des cessions en question; et d’autres facteurs décrits dans le dernier rapport annuel de Takeda sur formulaire 20-F et les autres rapports de Takeda déposés auprès de la Commission américaine des valeurs mobilières et boursières (“SEC”), disponibles sur le site internet de Takeda à l’adresse: https://www.takeda.com/investors/reports/sec-filings/ ou sur www.sec.gov. Takeda rejette toute obligation de mise à jour des énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué de presse ou d’autres énoncés prospectifs qu’elle est susceptible de formuler, sauf dans les cas requis par la loi ou la réglementation boursière. Les performances passées ne sont pas un indicateur des résultats futurs et les résultats de Takeda figurant dans le présent communiqué de presse pourraient ne pas être représentatifs de ses résultats futurs, et ne sont pas une estimation, une prévision ou une projection de ceux-ci.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Source

About the Author: Biotech Today

You might like